WP_20180523_004

 

J'ai ma place au ponton de St Fargeau ! Ayant fait ma demande en décembre dernier et les places étant limitées, je n'étais pas sûr d'en obtenir une. Donc le bateau sera au ponton de mai à octobre et passera le reste de l'année au parking au sec prévu à cet effet. La place attribuée est proche de l'accés au ponton, ce qui n'est pas plus mal, à proximité du stationnement de la voiture.

Avant sa mise à l'eau, un bon nettoyage sera nécessaire. La mise en route du moteur a été effectuée le mois dernier, sans que le moteur ait été au préalable hiverné (normalement, je le faisais tourner tous les deux mois, mais avec Port Saintry en faillite, puis la crue de la Seine, il n'avait pas tourné depuis le mois d'octobre !). Après l'amorçage du circuit d'essence (toujours un peu long) il a tourné comme une horloge sans me donner "l'Eure", car nous sommes sur la Seine !

Malgré le produit déshumidificateur et la ventilation, un peu de moisissure sur la sellerie ! . la banquette déchirée avait été au préalable réparée et rendue déhoussable, ce que je ferai sur le reste de la sellerie. Le revêtement  simili-cuir était fixé avec des centaines d'agraffes (même pas en inox) que j'ai remplacé par du velcro, pour pouvoir déhousser à chaque fin de saison. L'intérieur de la banquette était noir par la moisissure. L'eau et l'humidité rentrent difficilement, mais n'en ressortent jamais !

banquette1

banquette2

 Après un bon coup de nettoyeur haute pression, un lustrage du pont qui n'était pas protégé par le taud et qui avait terni, s'impose. Après l'aquisition d'une lustreuse et d'un petit groupe électrogène (oui ! l'ensemble m'a coûté moins cher qu'une lustreuse sans fil avec son pack de batteries et chargeur, et puis le groupe me servira et m'a servi déjà pour autre chose), le bateau reprend de son éclat ! Ce type de lustreuse, dite "orbitale" a un double mouvement provoquant un balourd, éprouvant pour les bras ! Eva,  qui aurait voulu que j'en achète une deuxième afin qu'elle puisse m'aider et accélérer la tâche, ne l'a tenue  que 10 secondes !


Remarquez le reflet de l'inscription du par-battage sur la plage de bain bien lustrée !

WP_20180523_003

 Maintenant il faut prévoir des amarres à poste sur le ponton pour une manoeuvre rapide. Des bouts sur mesure avec des boucles épissurées seront réalisés. Mon ami Jacques connaissant l'épissurage et le matelotage en général, étant en navigation, je me retranche sur des topics Youtube illustrant la réalisation d'épissures. Bon, après plusieurs vidéos relatant le sujet, je n'ai pas pu comprendre le principe. Un croquis avec des couleurs et des flèches indiquant le passage successif des torons aurait été plus adapté !
Intuitivement et sans outil prévu à cet effet, je réalise ma première épissure, qui certes, n'est pas fait dans les règles de l'art, mais qui y ressemble et s'avère bien solide. J'en réalise trois autres en moins de dix minutes chacune, qui sont évidemment toutes  un peu différentes !
L'autre extrémité de chaque amarre est réalisée sur place après avoir pris les mesures.
epissure

Voilà Deboreva II à son emplacement, poupe (arrière) au ponton, pour faciliter l'approvisionnement en carburant, la mise en place et le retrait du taud, et donc tribord au catway. Une défense est ajoutée au ponton. Le râtelier à wakes à été déplacé à bâbord (accès à bord maintenant par tribord)

 En attendant, le 15 juin, date officielle de la pratique des sports nautique nécessitant une vitesse supérieure à 20 km/h, je suis presque tous les jours présent sur la base de loisirs, ne serait-ce que pour promener le chien !

WP_20180528_003

Une petite collation, ou snack au Cable park, seul, (enfin presque) ou avec les petits enfants.

WP_20180607_001WP_20180609_004

Sans oublier d'aller faire un petit tour  du côté de chez "Swann" !

wp_ss_20180629_0002

 

Les violents orages du 10 et 11 juin ont eu raison de deux bateaux, qui d'une part avait un taud ou bâche insuffisamment efficace, et leur pompe de cale hors service ou absente ! A deux doigts de couler !! 

WP_20180612_001